Bonjour,

J’ai vu une drôle de situation en accompagnant des juges dans l’astral récemment.

Les juges sont des Entités mandatées par la Source pour trancher une situation qui est susceptible de rompre l’équilibre entre les pôles d’existence d’un monde. Plus spécifiquement, ils ont la charge de juger une situation entre des vivants et des morts.

C’est d’ailleurs pour à eux qu’on fait référence dans le credo chrétien sur la partie « …Il viendra juger les vivants et les morts ». Ce n’est pas temps du jugement final qu’il s’agit parce que vous l’aurez compris, j’espère,  il n y a que des cycles et ils vont de toute éternité en toute éternité.

La situation était celle-ci. Dans une communauté,  des morts s’étaient soulevés par le truchement d’un maléfice, ne pouvant pas avoir un corps de chair, ils ont pu stabiliser leur présence sous la forme de squelettes. Ces squelettes en mouvement étaient très en colère contre le vivants de la communauté parce qu’ils jugeaient que ces derniers ne respectaient pas leurs mémoires.

Ils accusaient les vivants de s’être accaparés des biens et terres qu’ils ont laissés à leur mort et que de ce fait ils ne se sentaient plus à leur place quand ils entraient dans la communauté.

De cette situation résultat des combats assez violents, il y a eu des pertes des deux côtés. Les morts qui tombaient après avoir perdu leur tête étaient juste éloignés des combats mais les vivants qui mouraient entraient dans une colère sombre envers ceux qui les avaient tué.

Ce n’était absolument pas une situation acceptable, des morts qui viennent réclamer des choses dans le monde des vivants et cela fragilisait les énergies en place mais surtout ça pouvait conduire à un usage densifié des forces beaucoup trop sombres par les morts qui commençaient à se dire qu’ils pourraient continuer à profiter des biens de leur vie passée. 

C’est au delà de l’idée de mort vivants ou de zombies, ils auraient étaient maintenus par des forces sombres de dimensions de décadence qui en profiteraient pour s’implanter dans cette terre. 

Cette terre justement en tant que matière jouait aussi le rôle de juge. Tous les morts tombés ne pouvaient plus se relever, ne pouvaient plus être déplacés, leurs squelettes étaient aspirés vers le centre de la terre comme si un aimant agissait sur eux.

Notre arrivée a soumis la zone entière à une force qui séparait automatiquement les deux camps , les ressemblant à un endroit pour appliquer le jugement.

Que voulaient des morts sur la terre de vivants? Ils ne voulaient pas quitter cette réalité, ils s’étaient accrochés. Le jugement était donc sans appel: les morts ont été banni de la communauté, ils ne pouvaient plus y entrer et en plus tous ceux d’entre eux qui avaient été tué dans le groupe des vivants avaient reçu un nouveau souffle. Les morts de cette communauté qui avaient enfreint la règle restaient prisonnier de la Terre loin de la communauté et les prochains seraient dirigés vers un espace vers lequel ils pourraient voir la communauté en attendant leur passage pour une autre vie mais ne pouvaient plus accéder aux leurs sans l’avis exclusif du gardien de leur jardin mis en place.

Pour les vivants que nous sommes, nous ne savons pas à quel point ça peut être difficile pour un mort de voir ses terres occupées par d’autres quand il s’y est attaché. Dans notre dimension, sur notre planète, il y a bien évidemment des morts qui essayent de dégager les gens de chez eux mais c’est gérable parce que les portes pour accéder à ce monde depuis le monde des morts sont quand même pas simple à passer. Il y en a qui passent par les mailles du filet mais un nombre pas si important. Toutefois leur présence surtout si elle perturbe nécessite un travail de dégagement, ils doivent continuer leur chemin.

Belle journée 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par jaoni
Charger d'autres écrits dans Dans l'astral

2 Commentaires

  1. Alexandre

    20 mai 2022 à 16 h 06 min

    Bonjour Liliane,
    Pour ma part, je pense qu’il est dangereux de s’approprier les pierres médailles et tarots d’un mort. Les gitans en général brûlent tous les biens d’un mort pour éviter que son esprit ou mule ne les hante. Le film bouquet final avec Didier bourdon l’a montré dans une scène hilarante a souhait ou le stagiaire d’une entreprise de pompes funèbres se retrouve enfermé par erreur dans la caravane d’un gitan mort et donc qui est détruite par le feu. J’en ai d’ailleurs pleure de rire tellement la scène était comique. Ce film est un bijou d’humour noir, je te recommandé de le voir bises

    Répondre

    • jaoni

      20 mai 2022 à 16 h 32 min

      Très drôle en effet :)
      De toutes les façons il suffit qu’une personne soit attaché à quelque-chose pour qu’à la fin de sa vie ses affaires deviennent des choses à manipuler avec précautions.
      Mon grand-père aimait se ceindre les reins avec un tissus à sa mort il a été enterré avec ce tissu à côté de lui. Dans ma culture enterrer une personne avec les choses qu’elle aimait de son vivant est plus courant et ce qui reste est distribué après avoir fait un ensemble de rites pour que le mort ne vienne pas déranger le nouveau propriétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Sans efforts

Bonjour,  J’aime ces journées là où tout passe comme une lettre à la poste. On a pre…