Bonjour, 
Pendant que je discutais avec une amie je me suis rendue compte à quel point ça été difficile pour moi d’accepter certaines réalités. Et encore après cette longue discussion, j’ai repensé à toutes ces choses qui étaient des certitudes pour moi et qui au final n’étaient rien d’autre qu’un écran de fumée.
On dirait que la vérité grandi avec nous ,c’est l’impression que j’ai eu mais alors pourquoi me semble-t-elle aussi éloignée de ce qu’elle était hier ?
J’ai toujours le souvenir de mon septième anniversaire qui me revient à l’esprit, quand j’y pense il me vient de manière récurrente et ce n’est que récemment que j’ai pris le temps de comprendre pourquoi il revenait. 
À mon septième anniversaire,  mon père m’a emmené faire un manège,  je me souviens que ce jour là j’étais tellement heureuse dans ma jolie robe et surtout parce que j’y étais seule juste avec mon père,  pas au manège bien sûr mais il n y avait ni ma mère ni ma fratrie, un peu d’égoïsme déjà ou alors juste le besoin pour la petite fille que j’étais d’être le centre d’attention de son père. 
Toujours est-il que ce fût un jour mémorable mais aujourd’hui il ne se présente plus à moi avec la même candeur de l’époque,  aujourd’hui ce jour est devenue une allégorie. 
J’étais heureuse sur ce manège,  insouciante,  le nez en l’air c’est ainsi qu’a été ma vie pendant ce qui me semble une éternité aujourd’hui.  Quand on est dans un manège qui tourne il est impossible de fixer un point extérieur à celui-ci,  on a la tête en l’air,  alors le monde continue de grandir , les événements extérieurs ne nous atteignent pas,  on est ravi hors de la réalité. 
Être sur un manège c’est donc comme perdre le sens des réalités et essayer de combler les vides par ce qui nous arrange. Mais le jour où on prend conscience qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans ce monde où on arrive à rien fixer de manière concrète,  alors il est temps de descendre du manège pour enfin avoir les pieds sur terre.
Ceci étant dit, rien ne dit que cette descente du manège se fait de manière tout à fait agréable. On veut souvent trouver des choses qui confortent nous anciens schémas comme des équivalences dans le nouveau monde qui se présente. Parfois on les trouve et parfois non et quand on ne les trouve pas on se demande ce qu’il faut garder avec soi.
Il est tellement facile de dire que quand les changements se présentent, il faut suivre le cours des choses mais on n’oublie trop souvent qu’il est difficile de lâcher la branche sur laquelle on pensait avoir trouvé la sécurité. 
Les changements que nous pouvons vivre à nos échelles respectives ne sont pas toujours tranchés et nos certitudes ne nous aident pas toujours à appréhender ce qui reste subtile. 
Quand bien même j’observe tout ce qui a subi des transformations dans ma propre vie depuis quelques temps et ce qui me stupéfait en passant,  je reste quand même mine de rien accrochée à certaines choses que je croyais pourtant maîtriser. Le plus difficile maintenant c’est d’avoir confiance dans le fait que je peux lâcher ce à quoi je m’accroche désespérément pour continuer à avancer.
Je ne vais pas vous mentir ça me fait peur et des questions du genre et si je me trompais me reviennent alors sans cesse et je crois justement que c’est à ce moment là qu’il faut faire preuve de foi et faire le grand saut.
Belle journée 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Assise près du chêne

Bonjour, La mer s’est retirée. Je suis là adossée à mon chêne mais la mer s’es…