Bonjour, 
C’est un temps à aller en vacances sous les tropiques, il fait froid, j’ai mon nez bouché maintenant. 
« En même temps tu ne te couvre pas assez pour éviter les écarts de températures » me dit Menael 
Bon c’est j’avoue que le matin, j’ai oublié de prendre l’ écharpe et que ce vent ne m’a pas fait beaucoup de bien, j’espère juste que c’est passager, ce n’est vraiment pas le moment de tomber malade. 
« Ça passera vite. Prends des boisson chaude avec du miel et du citron, ça ira vite. » 
J’en rachèterai, ma réserve est à sec et je n’ai même plus de thé pour le matin avec les collègues… J’ai recommencé à le sentir. 
« C’est normal, il s’est remis au travail avec vos discussions. » 
Oui on a discuté oui… Mais avant qu’il n’engage ce travail là je le sentais souvent à distance, c’est quoi la différence ?
« A ton avis ? Qu’est-ce qui a changé cette fois ci ? »
Je ne ressens pas de pression sexuelle juste un présence et ça ressemblait juste à un remerciement, une belle chaleur. 
« Tu préfères ça ? »
Non pas que je préfère mais ça change et ça donne vraiment moins cette impression de n’être qu’un objet sexuel que je ne suis pas, j’aime mieux la manière avec laquelle les choses se passent actuellement.
« Et tous les conseils que tu as entendu sur le fait qu’il fallait éviter d’intervenir dans l’éveil de son autre ? »
Heuuuu… Franchement pour être honnête, il y a une chose que je sais qu’il faut garder à l’esprit, ne pas faire les orientations à la place de l’autre. 
Si il vient me voir pour me poser des questions comme il le fait maintenant, je vais y répondre et je vais continuer à le faire. Si nous arrivons au même constat qu’il a besoin d’une aide supplémentaire toujours pour avancer sur son chemin, je précise, je la lui procurerai si c’est dans mes cordes mais jamais je ne ferai les décisions à sa place ou n’orienterais ses réflexions. 
Avec lui je pars de ce qu’il expérimente et de plus c’est mieux ainsi, je ne suis pas son enseignant pour dire que j’ai un programme de choses à lui inculquer et ce n’est absolument pas le but de la manœuvre. 
Il y a une chose qui me tient à cœur quelque soit la manière de travailler avec une personne ou une autre, je ne veux pas qu’il y ait de la dépendance, je ne veux pas devenir un gourou. Je fais le nécessaire pour que l’autre devienne très vite autonome. 
En ce qui concerne mon jumeau aujourd’hui, je suis moi même très heureuse de constater à quel point j’arrive à garder cette distance et ce détachement qui me permet de faire les choses correctement. 
« Il a un regard différent sur toi aujourd’hui, il a l’impression que tu es à des années lumière de lui » 
Ça c’est drôle. Je sens qu’il m’écoute quand je parle et ce qui m’importe moi c’est qu’il atteigne ses buts les plus élevés. 
« Tout compte fait, tu as travaillé sur ta dépendance affective et aujourd’hui tu es en paix avec ce lien. Tu vis ta vie et en plus tu lui apporte de l’aide pour sa propre évolution sans l’emmener sur un chemin particulier mais en suivant ses propres aspirations. 
Tu respecte ses choix que tu l’aide à comprendre. Tu ne crains pas de devenir plus une confidente qu’une potentielle compagne ? « 
Franchement, je n’accours plus dès qu’il sonne, ce n’est pas moi qui vais lui demander comment il avance, c’est lui qui vient me parler de ce qu’il vit. Quand je ne suis pas disponible, je le fais savoir au lieu d’arrêter de travailler pour discuter avec lui.
Je l’écoute, oui il se confie beaucoup mais c’est ce qu’on a décidé de faire. Lui il veut faire un peu plus de lumière et moi je lui ai juste demandé de se montrer honnête. Il me l’a souvent fait à l’envers mais là, je le vois décidé à atteindre ses objectifs.
Confidente ou potentielle compagne, je n’ai aucune idée de comment le film se termine et je pense que je me suis trop focalisé sur ça avant. Maintenant je fais ce qui me semble sans sacrifier ma paix intérieur et renier mes propres besoins. 
En plus c’est une situation intéressante, il me permet moi aussi d’affiner mes méthodes de transmissions donc j’en sors vraiment gagnante. 
« Alors tu as compris pourquoi c’est lui. » 
Oui j’ai compris et maintenant je peux continuer d’avancer dans ma vie sereinement. 
« Tu ne le perdras jamais parce que tu ne cherches plus à le posséder, tu as libéré le denier tronçon qui mène à toi » 
Parfois on pense y être déjà mais il faut voir les choses qui arrivent encore à nous atteindre pour comprendre qu’on a encore du travail. J’ai encore peur de ne pas bien faire parfois surtout que j’essaye de nouvelles choses ou de nouvelles préconisations. 
« Tu vas gagner en assurance. » 
Merci de me rassurer. Merci Menael. 
Belle journée 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Le jeu des miroirs

Bonjour, « Quand tu seras là-bas, sur ces terres lointaines, souviens toi du je…