Bonjour,
Aujourd’hui je vais vous raconter une petite histoire, c’est vendredi alors terminons la semaine de labeur dessus. Une petite pensée pour ceux qui travaillent le week-end, soyez forts. 
C’est l’histoire d’une famille qui vivait dans le creux de la terre, au fond d’une caverne. Il y avait là toute une existence paisible parfois secouée par les remous de la terre mais rien qui venait déranger la tranquillité de ce petit clan. 
Ils connaissaient le feu et l’utilisaient, il leur avait été transmis par un lointain ancêtre et son origine s’était perdu dans les lignes du temps. De cet ancêtre également ils avaient gardé une recommandation, ne sortir de leur habitation que lorsque les chauve-souris quittaient les parois.
Ainsi donc, ils sortaient de leur caverne uniquement la nuit et ce depuis des générations. 
Un jour vint cependant, l’un des plus jeunes du clan qui aimait perturber les chauve-souris qui dormaient, s’amusant à son jeu en réveillant une se mit à la suivre le long de la paroi jusqu’à l’orée de la caverne.
Le petit garçon ne comprenait pas la lueur qu’il voyait s’engouffrer, il a pensé à un grand feu mais ce n’était aussi chaud, alors prudemment il s’est avancé vers celle-ci, les yeux mis clos tellement il était ébloui. 
Plus il avançait, plus la lueur prenait de l’ampleur jusqu’à l’engouffrer complètement. Il pensa en lui-même qu’il était peut-être tombé de la falaise et que tout cela ferait de la peine à sa mère, qu’il était un mauvais garçon. 
Très vite, heureusement pour lui, ses yeux s’habituèrent à cette lumière, juste au moment où il allait tomber dans un trou profond échappant ainsi de peu à une mort certaine. 
Soulagé et téméraire, il regarda enfin autour de lui à la recherche de ce feu qui faisait autant de lumière. Il voyait là tellement de choses qu’il n’avait jamais vu et dont on n’avait jamais parlé dans sa famille, la seule chose qu’il reconnaissait c’était des gens qui marchaient debout comme lui et qu’il n’avait jamais vu avant. 
Et puis tout d’un coup il leva la tête et il hurla il y a le feu dans le ciel, il a brûlé la lune et les étoiles!
Il couru vers ces personnes qu’il voyait en hurlant cette phrase en leur ajoutant, vite il faut vous cacher ! 
Ces derniers qui s’arrêtaient enfin pour l’écouter, lui demandèrent de quel feu parlait-il et il pointa la ciel sans le regarder. 
Les autres levèrent tous la tête et se mirent à rire tellement fort que le petit leva aussi la tête pour la rabaisser aussi tôt. 
Mais ce n’est que le soleil en plein jour petit, lui dit calmement l’une des femmes, il faut jour et c’est normal d’avoir le soleil en plein jour, la nuit il y aura la lune et les étoiles. 
Le petit ne comprenait pas ce qui se passait, il s’enfuit aussitôt vers la caverne qu’il connaissait. Quand il arriva, sa mère l’avait déjà cherché un moment, et l’histoire qu’il se mit à raconter n’aida pas à plaider son sort. 
Personne ne croyait en ce que le petit garçon disait et les autres enfants se moquaient de lui, ce qui le rendait triste. 
Le temps passait et le petit fini par croire lui aussi que ce n’était qu’un mauvais rêve. 
Lui aussi, plus tard, devint père et racontait cette histoire à ses enfants. Il avait une petite fille qui avait hérité de sa curiosité et elle aussi au cours d’un jeu s’était éloignée de la grotte. 
Quand elle vit le soleil, elle couru chercher son père pour le lui dire mais ce dernier trop effrayé refusa d’y croire mais il aimait tellement sa fille que pour elle, il accepta de sortir de la grotte. 
Tous ses souvenirs lui revinrent à l’esprit, il n’avait rien rêvé et le soleil était bien réel. 
Maintenant il allait apprendre à vivre avec la lune et le soleil. 
Belle journée 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Douceur et bonheur

Bonjour,  La série continue encore et encore  « Tu es toujours aussi ravie …