Bonjour, 
Ça a piqué ce début de semaine, j’étais en rejet total de mon jumeau. Chaque fois je me dis ça y est je sais voir quand les vagues de purification arrivent et du coup je devrais arriver à les gérer. Mais en fait je me ramasse avec une telle force.
C’est pourtant simple, il y a les signes annonciateurs. Tu sens l’appel de l’embrouille, l’appel du truc bien lourd que tu vas devoir gérer, tu te mets en mode warrior, je gère, je suis déjà passée par là, je sais comment faire et là… C’est l’apocalypse dans ta tête. 
Tu es tellement mis à terre par une blessure qui en plus montre sa tête en miroir, tu vois un côté et ton jumeau vois l’autre. Vous êtes en rejet de vous deux et toi tu es encore là à l’accuser… Je n’ai même pas envie de dire que c’est une erreur parce que tu as été prévenu en avance. 
Tu te sens tiraillée. Et pour rajouter à ton malaise, tu sens les entraves de ton jumeau. Moi en début de semaine je sentais des chaînes avec des boulets à mes pieds, rien que ça… Imaginez un peu. Vous arriver en pleine forme au travail le lundi, je sais que lundi c’est dur mais imaginez quand même. 
Vous arrivez tout va bien super bien et puis là, la connexion de la présence de votre jumeau se fait, sans vous demander la permission et tout d’un coup vous avez l’impression de plonger dans un mixeur tellement les énergies en plein chaos de chez lui vous claquent. 
Vous ressentez ce malaise pendant que lui, il sourit de plus en plus avec les autres, ensuite vous sentez tous les endroits en lui qui font ressortir des conflits et pour ce cas c’était au niveau des chevilles. 
Alors pour rappel, entraves au niveau des  chevilles, c’est une difficulté à se mettre en mouvement, difficulté dûe à nos croyances, notre entourage donc notre sens de la morale. Si c’est au niveau des poignets c’est plutôt une difficulté liée à l’action. On  a des contraintes pour poser des actions en accord avec nos réels besoins, toujours les mêmes causes.
Une entrave au niveau du cou, vous avez deviné est liée à la difficulté d’exprimer ce qu’on désire. 
Ce sont les principales entraves qui caractérisent les barrières érigées dans notre esprit.
Donc pour revenir à mon tsunami, je me retrouve avec cette sensation de chaîne à mes chevilles et je suis de plus en plus mal à l’aise. Je ne comprends pas tout de suite évidement que c’est de lui que ça vient, ça arrive quand il quitte la pièce.
Je sens une nouvelle vague, celle-ci plus douce, plus agréable, ce qui atténue, les vagues que je viens de ressentir. Tout revient à la normale quand nous ne sommes plus au même endroit. 
Oui… J’ai pris cher en début de semaine pour comprendre ce qui peut être pris comme une logique générale. Entre ce qu’on veut vraiment et ce qu’on fait à la fin, il y a souvent un fossé. 
J’ai bien sûr retourné l’affaire de tous les côtés et j’ai eu les réponses à mes questions et comme je disais à mes guides, parfois ce n’est pas parce qu’on connaît ce qui se passe que ça atténue la douleur et le ras le bol. 
Mais au final, tout cet inconfort je l’ai accepté… Enfin je le tolère un peu mieux, je n’ai pas trop le choix si je veux en savoir plus il faut que je sois capable de supporter ce qui vient avec. C’est un package. 
C’est souvent ça en fait. On veut savoir pleins de choses mais on est souvent moins enclin à supporter ce qui vient avec et pourtant pour certains cas, c’est là que réside la clé pour les étapes suivantes. 
Je ne suis pas fan des passages par la souffrance, pour moi il y a souffrance quand il y a résistance mais qu’est ce qui résiste en nous ? Ce sont généralement les peurs qui créent ces résistances, qu’est-ce qui génèrent ces peurs ? L’ignorance parfois et comme je disais même quand on sait ça n’empêche pas d’avoir mal, alors on peut y rajouter ce qu’on pensait vrai, nos croyances.
Les principaux responsables des souffrances sont donc l’ignorance et les croyances. 
L’ignorance génère les peurs et les croyances fortifient nos certitudes les rendant ainsi difficiles à terrasser par les vents nouveaux. 
Donc en fait les peurs sont plutôt faciles à gérer, parce qu’il suffit de chercher la connaissance pour éloigner les ombres de l’ignorance et ne plus craindre ce qui était alors inconnu. Le plus difficile à changer sont nos certitudes, elles sont souvent considérées comme les piliers de notre connaissance et de notre intégrité que les remettre en question est vécu comme une trahison, un rejet de nous même. 
La trahison… La blessure qui se cache derrière notre difficulté à nous remettre nous même en question, à revenir sur tout ce qui était vrai ou nous semblait vrai pour avancer sur de nouveaux paradigmes. 
C’est un jeu de piste auquel j’ai été conduite ces derniers jours pour arriver à comprendre pourquoi depuis la semaine dernière, j’avais des synchronicités sur la blessure de trahison et je viens seulement de comprendre. 
22h11…alors que je termine, comme pour confirmer… 
Belle journée 

2 Commentaires

  1. Joseph

    22 mai 2019 à 15 h 05 min

    Bonjour,

    Juste pour dire que je viens de découvrir ton Blog. J’aime ta plume. Merci pour ces textes agréables a lire .

    Je vous souhaite une belle journée

    Joseph

    Répondre

    • jaoni

      23 mai 2019 à 23 h 09 min

      Bonsoir Joseph,
      Je te souhaite la bienvenue et te remercie pour tes mots.
      Belle soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Consolidation

Bonjour, En méditant un soir,  je me suis rendue compte que mes moments de déconnexion éta…