Bonjour, 
C’est marrant de voir un épisode de Colombo dans lequel il laisse des enquêteurs parler à sa place, on dirait qu’à un moment de cette série ils ont décidé que Colombo devait transmettre son expérience de grand enquêteur. 
« Il faut bien transmettre son savoir, il n’est pas fait pour être gardé pour soi. » me dit Mehiel
Pour la série, ça fait quand même bizarre de le voir s’effacer pour que les plus jeunes apprennent, j’étais habitué au Colombo qui faisait les choses tout seul, qui suivait ses pistes seul, allait débusquer les coupables. Bref tout ce qui rendait cette série particulièrement intéressante, elle l’est toujours mais ça se voit l’évolution des scénarii. 
« Tu sais petite fille, cette tendance que tu as de croire que le nouveau ne  sera  pas aussi bien que l’ancien n’est pas constructive pour toi.
Pour quelqu’un qui veut transmettre au mieux ce qu’il apprend, tu ne fais pas confiance en la relève pour que le message se perpétue. « 
Je parlais de la série, pas la peine de me taper sur les doigts. Je comprends bien l’importance de la transmission. 
En ce qui me concerne sur ce sujet, j’explore les canaux que j’ai choisi pour le faire toujours avec du plaisir et de la joie. 
Par contre j’ai une question qui me vient 
« Je t’écoute » 
Comment parvenir à me maintenir dans un état d’équilibre ? Je sais, on en parle souvent mais si je repose la question c’est parce que j’ai toujours ces moments là devant des  situations surtout celles que je ne contrôle pas de perdre patience 
En fait l’une des questions c’est déjà comment je définie quand est-ce que je peux agir ou non ? Est ce que chaque scénario est fait pour se jouer jusqu’au bout ou c’est une occasion de court circuiter le système ?
« Tu as déjà eu des réponses pour ces questions mais si tu reviens dessus c’est parce que tu n’as pas encore intégré les réponses.
Pour ce qui de l’équilibre, sers toi de tes émotions, ils sont ton baromètre au quotidien. 
Quand tu veux prendre un bain tiède, tu fais couler ton eau et tu la teste pour être sûre qu’elle est à la bonne température, ni trop froide ni trop chaude. 
La situation ici c’est la température de l’eau et les émotions sont chaude ou froide. Est-ce qu’elles définissent qui tu es ? Absolument pas  tu es d’accord avec moi. Par contre elles sont d’une grande aide pour décider si tu peux te plonger dans ton eau ou pas.
Les émotions ne sont pas là pour que tu les subissent mais pour t’aider à mieux diriger ta barque. 
Pour ce qui est de savoir quand est-ce qu’il est bon d’agir, tout dépend pour qui tu fais les choses et pour quelles raisons. 
Les raisons qui vous poussent à l’action très souvent sont issues de votre syndrome du sauveur. 
Vous en souffrez dans la grande majorité. Ce n’est pas un problème en soi parce qu’il permet d’éveiller en vous l’esprit de solidarité et la compassion sans sa partie la plus claire et par contre renforce en vous le sentiment d’être indispensable, ce qui n’est pas juste en soi. 
Vous pouvez vous dire que vous mettez vos dons et capacités au service des autres parce que ça renforce l’humanisme en chacun, c’est une belle chose mais nous te répétons ma petite fille, ne t’etales pas non plus comme un marche pied sous les autres.
Il n’est pas bon d’empiéter sur le chemin des autres »
Ce que tu dis là me fait penser à Axel, je comprends son besoin d’aider ceux qui comptent pour lui mais j’ai remarqué qu’il avait tendance à vouloir en faire plus que de raison et bien sûr je vois aussi cela en moi et je comprends pourquoi il y a des redites ici. 
Par contre, comment on fait pour la suite ? Quand on a clairement défini ce qui motive notre action.
« Quand vous savez ce qui vous motive et que cela n’empêche pas à l’autre de vivre une expérience importante, vous avez le choix dans votre manière d’agir. Soit vous montrez à l’autre comment s’en sortir de façon explicite si elle est disposée à vous écouter, soit vous agissez selon vos compétences, mais gardez vous bien d’aller vous en vanter. « 
Parce que ce sont nos œuvres qui parlent pour nous, j’ai compris cette leçon.
« Si ta mère n’entends pas encore le message, garde toi de forcer le passage et quand le besoin se fait ressentir apporte lui ton aide. »
D’accord, merci Mehiel. 
Belle journée  

Un commentaire

  1. Alexandre

    7 avril 2019 à 14 h 42 min

    Bonjour Liliane,

    Merci a mehiel pour son message.

    Perso, je n’ ai plus le syndrome du sauveur que j’ appelle ironiquement le syndrome Smallville (comme clark Kent dans la série du même nom). Je pense que l aide ou les outils (rituels,cristaux ou pentacles) que l on apporte aux autres doit être mesuree avec sagesse. Mon maître disait toujours qu’on peut donner les outils , le reste, à savoir, ce qu’en font les personnes qui les reçoivent , ne dépendent que de leurs motivations. Un pentacle ou un quartz ou une icône peuvent être utilisés en bien comme en mal. Cela pose la responsabilité de l initiateur mais plus encore de celle du disciple… Je n’ ai jamais cru que vendre des bouquins de magie blanche (comme le faisait une librairie ésotérique près de Lille ) et réserver les bouquins de magie noire aux adultes était valable. Certes, la responsabilité de la libraire de l époque n était pas engagé si l on peut dire mais elle faisait preuve d une certaine naïveté. Pour celui qui veut faire le mal, point besoin de bouquins élaborés car les outils de base sont communs aux deux magies;l’ intention seule suffit… Et puis vouloir sauver a tout prix une personne est selon moi est utopique:elle agira selon ses motivations et tracera son propre chemin. En fait, nous ne sommes ni meilleurs ni plus fort que les autres juste différents de par nos expériences et par la sagesse acquise grâce a celles ci. Parfois, en faire trop pour une personne l empêche d avancer. Un proverbe chinois dit:  » Si un père donne a son fils un poisson, celui ci pourra tous les jours de faim. Si un père montre a son fils comment pêcher celui ci ne connaîtra jamais la faim » Ce proverbe met en en valeur la notion de travail spirituel . Mon maître insistait dessus en disant que si l’on fait un rituel pour une personne cela l aide sur le moment mais les bienfaits de cette aide s evanouissent très vite. Par contre, si un travail spirituel et moral était accompli par le consultant, alors les résultats du rituel seraient significatifs et dureraient dans le temps .bises

    Répondre

Répondre à Alexandre Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Un chemin de guérison

Bonjour, Pour guérir, il faut savoir prendre conscience de sa souffrance sans complaisance…