Bonjour,
Au détour d’une remontée d’une vie antérieure parce que j’étais à la recherche de l’origine d’un de mes comportements, j’en suis arrivée à comprendre bien plus de choses.
Tout d’abord laissez moi vous rappelez une chose, je ne vous apprend rien mais comme pour moi même les piqûres de rappel de temps de en temps ne font pas de mal. Je ne vous apprends pas que pour trouver vos réponses il faut les chercher.
Une personne qui ne se met pas en quête de ses réponses personnelles vivra à travers les réponses des autres, rien ne nous tombe dessus par hasard et même le hasard est la configuration par défaut d’une personne définit à un instant précis.
Le questionnement « intelligent », c’est une des manières d’accéder à ces réponses. Le truc avec le questionnement »intelligent » se trouve dans la formulation de vos questions, plus elles sont précises plus les réponses le sont et plus encore le mouvement se fait autour de vous pour s’adapter à cette personne que vous devenez quand vous avez trouvé vos réponses.
Se plaindre ce n’est pas se questionner, c’est radoter et se victimiser, il n y a ni victime ni bourreau,ce  jeu de chaise musicale qu’est l’incarnation le montre bien. Vous êtes celui qui frappez  et recevez les coups, je rajouterais même qui jugez des actes posés, apprenez seulement à reconnaître ces états et à décider de ce que vous voulez en faire.
Comme je disais vous savez cela.
Dans les relations humaines il y a une chose qui arrive souvent et selon notre attachement à la relation ou à la personne nous avons du mal à nous en sortir: la disponibilité aux autres.
Je pars de mon exemple qui depuis quelques temps ne se limite pas à cette vie. Des liens logiques s’établissent et permettent de comprendre cette mauvaise gestion de disponibilité que nombreux connaissent.
J’ai voulu dire que c’est d’autant plus parlant dans les relations de couples quand une succession d’images  se sont imposées à mon esprit, montrant toutes les sortes de relations, je vais quand même en choisir une pour exemple pour un constat général: les relations entre les parents et leurs enfants.
Quand ils n’avaient pas encore d’enfants, Paul et Marie entendaient les couples amies dire tellement de choses sur le fait qu’un enfant ça change une vie, sur le fait qu’on organise dorénavant nos vies autour d’eux.
Ces couples n’avaient certes plus d’intimité comme avant, ils n’avaient plus de moment seuls à eux comme avant, d’ailleurs ils sont venus à cette soirée avec leurs enfants, ils les ont mis dans un coin avec les autres et sont partagés entre leur verre de vin et les « Nathan ne tire pas les cheveux de ta sœur » ou les « pas maintenant chérie Maman discute ». Ces couples semblaient épanouis au milieu de ce « chaos » qu’était la vie de parents ultra connectés à leurs enfants.
Paul et Marie se sont dit pourquoi pas et 9mois plus tard ils ont entre leurs bras Jane et Marc, des jumeaux, la belle affaire.
Il était normal que pendant les premières années de leur vie que les parents soient présents mais ils ont 15 ans maintenant et ils ne comprennent toujours pas que quand les parents rentrent du travail ils sont fatigués et veulent se reposer.
Les parents de leur côtés se disent toujours que c’est leur devoir, qu’ils n’ont pas le choix, les enfants finiront par partir de la maison, ils les aiment et feront toujours tout pour leur donner le meilleur. Voilà un moment déjà que Paul et Marie n’ont pas pris un bain en amoureux.
Les traits sont grossis mais vous avez compris où je veux en venir. Il est normal que vous donniez du temps à l’autre quel qu’il soit, il est normal que vous ayez envie de prendre du temps pour vous même mais ne pensez pas que vous n’avez pas le droit de le faire comprendre à l’autre et surtout de le lui faire accepter.
Le don de soi sacrificiel n’est pas un don de soi par Amour et ne pensez pas que le fait d’aimer aille de pair avec le sacrifice. Je sais qu’il y en a qui ont du mal avec ça. Je vous rappelle que c’est ce qui a tué Jacques dans Titanic. Bien sûr l’eau était gelée mais avec tous les débris qu’il y avait autour d’eux, je continue de croire qu’il aurait trouvé un truc pour se mettre dessus. Bref c’est mon avis et c’est l’amour sacrificiel que je veux mettre en lumière pour dire que ce n’est pas l’Amour.
L’Amour est sans contrainte, sans obligation et il laisse l’autre libre en plus de respecter les besoins de l’autre. Quand on se retrouve à accepter les incursions de l’autre dans notre espace comme si c’était un marché, on s’expose nous même à des réminiscences qui ne tarderont pas dès que l’autre lui ne se rendra pas disponible pour nous.
Apprenez à dire « Non je ne suis pas disponible pour toi maintenant » et à le faire respecter sans que ce ne soit la guerre.
Pour arriver à le faire, il faut se connaître, connaître ses propres limites et reconnaître ses propres besoins comme le besoin d’être seul avec soi même ou d’avoir un programme d’activités qui ne corresponde pas à l’autre ou même d’avoir des choses à faire.
Quand on éduque l’autre à respecter notre indisponibilité ce qui se passe ensuite c’est qu’avant de vous solliciter il demandera la permission. C’est une chose qui fonctionne avec tout le monde. Ne vous mettez pas en 4 par amour, ce n’est pas cela aimer, soyez attentif à vous même et donner selon votre cœur mais pas pour être bien avec l’autre, pas pour être accepter de l’autre, soyez juste dans vos relations et respectez vous pour être respecté en retour.
Belle journée
 
 

5 Commentaires

  1. Lucie

    17 mars 2019 à 21 h 32 min

    Bonsoir,
    Merci à toutes les trois, vous avez ajouté de l’eau à mon moulin.
    Depuis quelques semaines, je suis « entrée » dans la mise en place du non, je ne suis pas disponible.
    Bonne soirée à vous et bonne semaine puisque nous sommes dimanche soir.

    Répondre

  2. Camille Strawberry

    16 mars 2019 à 3 h 29 min

    Hello Lili
    Wouh punaise, j’ai lu le titre et j’ai halluciné.
    C’est exactement la leçon que j’apprends avec ma famille.
    J’apprends à dire non.

    Je lis très peu les blogs, mais je suis contente que tu aies crée ce bel espace d’expression,

    Bises !

    Répondre

    • jaoni

      16 mars 2019 à 21 h 34 min

      Coucou Camille,
      Ça me fait plaisir de te lire. Tant qu’on ne doit pas dire non au chocolat moi ça me va :) , pas taper
      Belle soirée

  3. crystallia

    15 mars 2019 à 11 h 57 min

    Coucou Liliane,

    Moi aussi je dois apprendre à dire, non je ne suis pas disponible pour toi maintenant.

    Et c’est vrai qu’il y a encore de la culpabilité parfois lol !

    Bise ;)

    Dernière publication sur ni Ombre ni Lumière : Depuis plus de dix ans...

    Répondre

    • jaoni

      15 mars 2019 à 22 h 22 min

      Coucou Sylvie,
      J’ai senti à quel point c’était encore difficile pour moi aujourd’hui de ne pas me sentir coupable de dire non, alors je suis comme toi, on y arrivera un jour :)
      Belle soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Se rééduquer

Bonjour,  La semaine commence et j’ai une chose en tête: faire de mon mieux pour que…