Bonjour, 
Ces jours comme je vous disais je teste de nouvelles approches pour avancer dans mon cheminement de flamme jumelle certes mais aussi pour creuser davantage mes outils. 
J’ai refait un tirage, plutôt intéressant. J’avais tendance à ne pas poser la bonne question qui apporte la bonne réponse et je remarque que ça commence à s’améliorer, la clé ? Assumer ce qu’on veut demander.
Le but de l’article n’est pas de vous parler du tirage mais de ce qui s’est passé dans la nuit. La clarté et l’agilité de mon esprit ces jours a un impact sur mes nuits, je crois qu’ils sont contents de moi et des portes s’ouvrent un peu partout. 
La nuit se passe plutôt bien jusqu’à ce micro réveil à 5h30 où je me dis je crois que je suis mûre pour une petite sortie. 
Mon corps se met à vibrer alors que je suis dans une position pas très confortable, je sors dans une dimension intermédiaire, je ne sais pas laquelle mais je me retrouve dans mon salon, Axel est là, les choses sont bien différentes et il fait sombre, je crois que j’arrive dans un de ses espaces à lui parce qu’il agit vraiment en maître des lieux. 
Moi par contre je sens qu’un truc me serre le cou, mon corps physique n’est absolument pas à la bonne position et le seul moyen de corriger est d’y retourner. Je me couche sur le sol et ferme les yeux, je reviens à demi dans mon corps et un petit changement de position plus tard je rebascule cette fois ailleurs. 
Je sais que je veux comprendre ce qui se passe du côté du Prince, curiosité quand tu nous tiens! Je me retrouve sur une berge et au loin sur la plage je le vois mais pour l’atteindre je dois traverser le lac qui me sépare de sa plage.
Je m’apprête à m’envoler quand je vois un gros boa qui nage rapidement vers moi. Il se redresse… Il est énorme, il descend ensuite sa tête vers moi, je sens son souffle et j’entends le son guttural qu’il fait avant de m’avaler…eh mince!
Mais il me ressort sur l’autre berge… Ah… Je ne devais donc pas voler au dessus de son gardien?! S’il m’avait gardé dans la prison de ses entrailles, ça voulait dire qu’il refuse que j’accède à lui… J’ai vu des gens coincés, englués dans les entrailles de ce boa. 
Le souci qui vient par la suite c’est tout devient très vite instable, tout parle, il y a tout même cette voix qui est plus claire et qui n’arrête pas de me dire « il est perdu en ce moment on ne sait pas jusqu’à quand ça va durer mais ne reste pas loin »
Euh… OK… Ils me montrent aussi pleins d’images de tiraillement de son enfant intérieur cette fois scindé en deux, féminin et masculin. Ça devient trop bizarre je change de dimension avec l’intention d’y voir plus clair.
Je débarque donc dans une autre dimension colorée vraiment trop bien. Je me souviens qu’à mon dernier micro réveil il était 5h30 donc je me rapproche de l’heure à laquelle je dois me lever pour me préparer donc je ne vais pas mettre trop long ici sinon je serai en retard. 
Je sens qu’il est là mais je sens aussi que ce n’est pas un de ses espaces , c’est bizarre. Alors je suis sa trace, je le vois qui vient de s’arrêter devant un muret mais pour arriver jusqu’à lui je dois traverser un terrain de jeu, il y en a qui jouent au handball. C’est chaud parce qu’ils sont à fond et je ne veux pas me prendre la balle. 
Je suis là à dire pardon! pardon!  je veux passer! merci ! Lol je ne l’ai pas encore remarqué mais je porte mon short très court celui avec lequel je dors en ce moment donc je suppose que ce n’est pas la galanterie qui leur faut marquer une pause pendant que je traverse le terrain, les hommes…
J’arrive jusqu’à lui et j’ai à peine le temps d’ouvrir la bouche qu’une autre fille arrive. Elle sort d’où celle-là ? En plus elle se l’accapare du genre je suis de trop. Au départ il me regardait quand je suis arrivée, il avait l’air de vouloir me parler mais depuis que l’autre s’est pointée, il n’ose plus rien dire. 
Je le regarde avec insistance du genre tu vas dire quelque chose oui ?! Je manque de plus en plus de temps il faut que je pense à rentrer alors pour partir discrètement de cet endroit, je demande à la fille de m’ouvrir la porte… C’était une école d’art et graphisme, le Prince n’y étudiait pas mais la fille oui et on dirait qu’il était là pour elle. 
J’ai demandé gentiment, elle a refusé. Super ! Je fais comment pour rentrer moi maintenant ? J’escalade un muret et je me retrouve dans la salle de classe, la prof me chope à la seconde, mince. 
Pas si vite mademoiselle, on ne passe pas par les fenêtres ici, allez remplir le cahier noir ! 
Eh merde ! Je suis donc censée être une élève dans ce cours… Il est où ce cahier noir ? Et bien sûr aucune des filles en classe ne m’aide. Je suis la nouvelle qui va se faire coller. 
Je cherche le cahier et là je le vois juste derrière la prof, à côté de son sac à main. Je le rempli pendant qu’elle m’engueule. 
Quelles sont ces manières ? Et puis c’est quoi cette tenue ? Vous n’êtes pas suffisamment couverte ! 
Bah je pensais que vue que c’est une école d’art ça passait ! 
Eh bien vous pensiez mal ! Pourquoi vous passez par la fenêtre ? Il y a une porte pourtant 
J’ai bien voulu passer par la porte mais l’autre là a refusé d’ouvrir 
C’était la fin de la pause en plus pourquoi vous n’êtes pas revenues plus tôt ? 
Hé vous m’engueulez et l’autre alors ? En plus je suis nouvelle je ne sais pas comment les choses se passent ici. 
Je regarde l’heure là bas et le temps est entrain de passer il faut que je me réveille vite sinon je vais être en retard mais la prof m’engueule tellement que je ne n’arrive pas à voir une sortie autre que la fenêtre, c’est décidé je vais sauter. 
Je finis de signer son carnet, elle me demande si j’ai eu mes accès je lui dis non et elle me donne un papier avec mon personal ID et mon mot de passe. Il faut que je me tire. 
Je me lance donc dans un truc complètement fou, je décide de faire un tour de bise à toute la classe pour me rapprocher de la fenêtre. 
Je fais une bise à toutes les filles en leur disant que c’était un plaisir de les rencontrer, elles sont toutes surprises et la salle est debout quand je me rapproche de la fenêtre. 
Ciao les gens ! 
Je fais le saut de l’ange et je sens la vitesse que je prends pour descendre et ensuite le choc ! À l’instant où je m’écrase je suis dans mon corps, j’ouvre les yeux en grand au même moment j’entends un grand son de cloche grave.
J’espère que je n’ai pas perdu une vie… Miaou
6h37… Il faut que je me dépêche 
Belle journée 
 
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

La dépendance affective

Bonjour, Aujourd’hui je vais aborder un sujet que nous connaissons trop bien, celui …