Bonjour, 
Je ne sais pas ce qui m’a poussé à le faire mais en cherchant comme ça une vidéo sympa sur internet, je suis tombée sur une méditation pour faire remonter une vie antérieure. 
Je crois que j’en ai déjà brièvement parlé, ce n’est pas ce que je préfère parce que ce qui compte pour moi c’est cette vie mais s’il y a des informations liées à ces anciennes vies ou à des vies parallèles ou même futures qui m’aideraient à mieux vivre celle-ci alors pourquoi. 
Parfois les demandes sont inconscientes et si ça nous aide, voulues ou pas, elles nous reviendront. Aussi donc je ne m’attendais pas à accrocher sur cette méditation et la faire aussi bien au vue des résultats obtenus.
Ayant suivi les instructions, je me suis retrouvée au milieu d’une scène en 1566 dans le désert  J’appartenais à un peuple du désert, je m’appelais Naïma. La précision de la date m’a aussi surprise rassurez vous.
Je portais le voile et mes vêtements étaient rouges, je n’étais donc pas encore mariée, mais en âge quand même et ce jour là un marchand venait demander ma main à mon père. 
Les hommes mangeaient des dattes, le marché avait donc déjà été conclu. Mon futur mari était vieux, j’allais devenir sa cinquième épouse et comparée aux quatre autres j’étais la plus jeune et elle me prenaient pour leur fille. 
J’étais plutôt obéissante comme fille, j’étais amoureuse d’un éleveur de chameaux  j’ai renoncé à cet amour pour honorer la volonté de mon père. Je revois encore le jeune homme me regardant de loin pendant que moi, je m’affairais pour mon mariage.
C’est ma mère qui a donné la date du mariage à mon père elle correspond au jour avant le début de mon ovulation  Pendant les trois nuits suivantes j’allais dormir sous la tente de mon époux pour qu’il me féconde. 
Puis le temps s’accélère, je me suis revue allongée au milieu de coussins et de linge, j’ai le voile et le vêtement noir des femmes mariées, je hurle de douleur, je suis entrain de mettre au monde un enfant. 
Autour de moi l’accoucheuse et d’autres femmes, ma mère est là, on fait brûler des encens et dehors une femme tape dans un tambour.
Je souffre le martyre  je donne naissance à un fils qui est immédiatement présenté à ceux qui attendent dehors par la première femme, il est baptisé Moussa. Moi je suis restée là  allongée, j’ai perdu trop de sang, ma vue se brouille, je sens que je m’éteinds  après c’est fini je ne suis plus.
La suite c’est l’ange qui m’accompagne pendant ce voyage qui me le montre. Mon fils grandi au milieu des autres enfants entouré par les autres femmes jusqu’à l’âge de 7 ans ensuite il retrouve les hommes et commence à accompagner son père dans les marchés avec qui il n’est pas proche du tout. 
L’ange qui m’accompagne me dit que Moussa c’est Axel dans ma vie actuelle et que l’éleveur du début c’est le prince. Ça ne me surprend qu’à moitié, pour Axel je comprend mieux les similitudes dans ses rapports avec les femmes. Il est très entouré de femmes que ce soit en amitié que dans sa famille et il se sent plus à l’aise contrairement avec son père avec qui les rapports sont inexistants.
L’ange qui m’accompagne que j’avais une peur latente mais bien présente de l’accouchement et que c’est la raison pour laquelle c’est cette vie là qui est revenue, qu’il était temps que j’en connaisse l’origine et que je fasse la paix avec. Les temps ont bien changé, la médecine autant. 
Pour le prince  ce n’était pas le moment, sans blague… À cette époque je n’ai pas été capable de braver la volonté de mes parents pour assumer celui que j’aimais, dans cette vie j’ai travaillé sur cette peur et je continue à travailler pour l’étendre à d’autres domaines. 
Quand je suis revenue à moi à l’issue de cette régression  j’étais triste quand même, j’avais un poids sur le cœur mais j’avais saisi beaucoup de choses du coup je me suis reboostée. Il ne faut vraiment pas se forcer pour les régression dans les vies antérieures.
On a beau se dire que c’est passé mais on revit les émotions comme si on y était encore, un accouchement difficile suivi d’une mort en couche on l’a sent croyez moi. Mais si le cœur vous en dit et quand il vous en dira  je vous souhaite une belle ballade  
Belle journée 
 

4 Commentaires

  1. jaoni

    7 octobre 2018 à 18 h 01 min

    Merci Émilie, du fond du cœur et surtout pour la chanson, elle est magnifique, j’aime beaucoup Laurent Voulzy :)
    Belle journée

  2. Emilie

    7 octobre 2018 à 0 h 58 min

    Bonjour Lilianne,
    Oui tout doit te sembler plus clair et surtout avoir du sens mais tout de même, l’épisode traumatique de l’accouchement, c’est un peu too much ! je pense que toutes les femmes peuvent avoir un tel souvenir ancien qui traîne. La naissance de mon premier enfant a réactivé une mémoire de ce type et un an plus tard, je me demandais encore tous les matins en me regardant dans la glace, pourquoi je n’étais pas morte et comment il était possible que je sois encore vivante. Je crois que l’on sait inconsciemment ce qui a été gravé dans les corps et les mémoires que l’on a pris pour s’incarner (même sans être médium). Ma peur n’était pas fondée lors de la naissance de mon premier enfant mais elle l’était pour le deuxième. C’était comme si j’avais tout oublié mais au moment précis de la naissance, je retrouvais avec acuité la sensation du danger ; La deuxième fois je savais et j’ai prié en disant que je ne pouvais pas mourir; que je devais vivre. Je ne me faisais pas des films d’après ce que m’a dit le médecin mais je n’avais plus peur car je ne pouvais pas mourir.
    « Braver la volonté de ses parents » ARGH ! c’est ce que je n’ai pas su faire en cette vie ou du moins à un niveau qui comptait pour mon épanouissement personnel – probablement par peur d’être rejetée et ne plus mériter leur affection en m’opposant à leur avis. Parfois il peut aussi être blessant de sentir que nos parents ne nous font pas confiance.
    Je crois que tu as tout fait pour mériter la confiance de tes parents et tu n’as plu rien à prouver.
    https://www.youtube.com/watch?v=-1ISpdKYPHo&start_radio=1&list=RD-1ISpdKYPHo&t=6

  3. jaoni

    6 octobre 2018 à 22 h 31 min

    Coucou Lucie,
    Tu as tout à fait raison, un pas après un autre. Depuis cette régression, j’ai réalisé beaucoup de choses, tellement de choses deviennent plus simples quand on les comprend et qu’on les accepte :)
    Belle soirée

  4. Lucie

    6 octobre 2018 à 10 h 56 min

    Bonjour,
    Les vies antérieures………………pffffffffffff……..ça c’est dur pour moi.

    Comme je disais un jour chez Sylvie, je gère difficilement cette vie, si j’attaque le reste je n’ai pas la partie charnue de mon individu sortie des ronces.

    Cependant, je reçois de plus en plus de messages, tel ton post de ce jour, et d’autres qui commencent un peu à m’agacer, façon de parler.
    Car de toutes façons il va falloir que j’entre dans l’acceptation de cette partie de moi afin de régler certains souvenirs qui pèsent sur ma vie actuelle.
    Et je reconnais que je n’ai pas envie de prendre ce chemin, mais de l’autre côté, ou à côté, je crois qu’ils ne voient les choses à ma façon.

    Comme toujours, un pas après l’autre et je vais laisser les évènements se mètrent en place.

    Merci pour tes échanges, ainsi que les commentaires que tu reçois, je les lis toujours avec beaucoup de plaisir.

    Bonne fin de semaine, bises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Voyage au coeur de soi

Bonjour, je m’appelle Liliane , je vous souhaite la bienvenue sur mon blog… Je…