Bonjour,
Je me suis levée ce matin avec cette expression à l’issue d’un rêve. Dans ce dernier, une jeune fille nommée Zhu parce qu’elle se sentait redevable à un homme accepte d’être humiliée et je suis venue la faire sortir de là. Elle allait encore se faire violer en pensant qu’elle était consentante et que c’est ce qu’elle méritait quand je suis entrée pour la faire sortir de la pièce.
Vous savez ce que signifie Zhu? C’est la perle en chinois. Comment arrive-ton à oublier qu’on est précieux? Comment en arrive t-on à laisser l’autre abuser de notre beauté, de notre douceur, de notre vérité?
C’est sans doute parce que nous même nous ne croyons pas en qui nous sommes, ni à ce que nous representons.
Vous avez certainement dans votre entourage des personnes qui vivent ce genre de relations. Comment les reconnaître? La première chose c’est la tendance des victimes à toujours trouver des excuses à leurs bourreaux et le fait qu’elles ne supportent pas qu’on leur dise le contraire.
Cette tendance se retrouve autant dans les relations amoureuses qu’amicales et aussi bien au sein des familles. L’entourage a beau voir que les choses tournent à l’orage mais la victime ne sent même pas le vent qui tourne.
L’obsession fait également partie des signes visibles d’une relation toxique, elle se traduit par certains points allant de la tendance pour la victime à parler tout le temps de son bourreau, de l’idéaliser, au mimétisme parfait. 
En face on a une personne qui ruse beaucoup, qui veut être le centre du monde de la personne qu’elle soumet, les relations toxiques sont des relations de dominant-dominé, qui fait tout pour que le seul avis qui compte pour l’autre soit le sien.
Si la toxicité de la relation n’est pas évidente pour qui ne prend pas garde à ce qui se passe réellement, celle ci le devient lorsque la victime a perdu son identité en se fondant complètement dans celle de son bourreau. Rendu à ce niveau, les proches ne peuvent plus rien faire et seul le temps et les expériences éveilleront ou pas.
Ce qui uni ces personnes ce sont les blessures qu’elles ont en elles. La blessure de l’un fait écho à celle de l’autre jusqu’au jour ou l’un ou l’autre décide de guérir. Nous avons toujours le choix de rompre les schémas vicieux, nous avons le choix de transformer les choses en prenant conscience de ce que nous voulons dans notre vie. Rien ni personne ne doit faire ces choix à notre place.
Zhu était une très jolie femme qui pensait qu’elle ne méritait pas mieux et même quand elle a retrouvé sa dignité en revêtant un habit neuf et en recouvrant sa liberté, elle doutait encore de mériter tout cela, il a fallut la convaincre que si. L’homme qu’elle laissait derrière elle s’était convaincu qu’il n’avait rien à se reprocher et qu’il avait toujours agi dans l’intérêt de Zhu.
 Le bourreau autant que la victime sont des personnes qui souffrent mais n’oubliez jamais que la souffrance de l’un ou de l’autre ne permet pas tout, ne donne pas le droit d’écraser.
Belle journée
 
 
 

4 Commentaires

  1. Lucie

    26 août 2018 à 20 h 19 min

    Bonsoir,

    @ Liliane, profites bien de tes vacances, surtout n’oublies pas d’appuyer sur le bouton PAUSE et penses à toi!

    @Emilie, je te remercie pour le partage que tu as fait. Ton message m’a beaucoup apporté et réconforté.

    Bonne soirée, et grosses bises à toutes les deux.

    Répondre

  2. jaoni

    26 août 2018 à 18 h 55 min

    Coucou,
    Je reviendrai vers vous à tête reposée mais déjà je veux vous remercier pour vos partages, les vacances se passent très bien et je suis davantage dépaysée par ce que j’arrive à faire ici :)
    Belle journée

    Répondre

  3. Emilie

    26 août 2018 à 11 h 52 min

    Coucou Liliane,
    J’espère que tu passes de bonnes vacances et que tu profites du dépaysement.
    Je peux dire que je suis une pro de la relation toxique et je sais qu’il n’y a pas de bourreau sans victime et que la victime contribue à faire du bourreau ce qu’il est.
    Comment devient-on victime et qu’est ce qui permet à une personne intelligente et souvent capable de s’assumer seule de s’offrir ainsi au bourreau ?
    Bien sûr il y a ces liens d’âmes que l’on voudrait guérir coûte que coûte alors qu’il serait plus sage d’attendre le bon moment, sans parler des liens qui sont devenus tellement toxiques qu’il vaudrait mieux carrément les couper, pour espérer une quelconque guérison intérieure. Tout le mal être que l’on voit à l’extérieur est aussi à l’intérieur.
    Avec le recul je mesure combien la relation qu’entretenait mes parents était toxique et pourtant je sais qu’ils se sont imposé cette union pour offrir une réparation et combler des manques mais à quel prix.
    De là haut ma mère dit qu’elle a pu accomplir l’essentiel dans cette vie et qu’elle ne regrette rien même si cela la rendu malade.
    Les familles sont parfois des vrais sacs de noeuds, où l’on se met à plusieurs pour filer un coup de mains à l’autre (en s’aidant soi même car on apprend de chaque expérience).
    La victime est dévalorisée et facile à culpabiliser. On peut se sacrifier volontairement en espérant sauver l’autre, afin de redorer son égo mis à mal par notre choix. La culpabilité est sournoise car elle pousse à accepter des situations dévalorisante et frustrante qui vont auto générer de la culpabilité.
    Ton article me parle particulièrement ce matin car on m’a rappelé un vilain souvenir devant mon miroir – quand mon père angoissé alors que ma mère était en soins intensifs pour un problème cardiaque, m’a balancé : »c’est de ta faute si elle a le coeur malade, cela a commencé quand elle t’attendait ». Bien entendu on rejette ce genre d’accusation mais le poison a été inoculé et ‘il est où le contre poison? »
    Je crois avoir lu que tu avais fait un article qui rappelait « pardonnez leur, ils ne savent pas ce qu’ils disent ».
    Pardonnons et n’acceptons pas de servir de cible !

    Répondre

  4. Lucie

    26 août 2018 à 9 h 48 min

    Bonjour,

    Je comprends tout à fait ce que tu décris, ma fille est dans cette relation!

    Je suis démunie face au pouvoir de l’homme toxique qu’elle met sur un piédestal. L’année dernière elle avait vécu avec lui quelques semaines puis il y a eu une rupture. Elle a repris cette relation en mai dernier au moment où mon mari a été si malade.

    L’année dernière nous l’avions reçu à la maison, mais cette année il est hors de question qu’il rente chez nous. C’est physique, j’ai rarement ce genre de réaction face à une personne, mais je ressens son état toxique à tout point de vue. Il sait ce que je pense de lui, je lui ai dit en face. Mon mari refuse totalement de le voir.
    Et régulièrement je rappelle à ma fille, en particulier quand elle m’explique qu’elle le fait changer, une phrase de mon papa « on n’a jamais transformé un bourricot en cheval de course ».

    Ce n’est peut être pas la bonne solution, mais nous avons bien précisé à notre fille que la maison est toujours ouverte pour elle, et elle a sa place à table. Elle vient souvent chercher de l’aide alimentaire à la maison. Et nous ouvrons nos placards et congélateur. De plus j’accepte de lui offrir cette aide pour mon mari.

    Mais j’avoue que cette situation est difficile à vivre en parallèle avec l’état de santé de mon mari. Lui aussi est miné par cette situation et la aussi je suis impuissante. J’ai la sensation d’avoir les mains liées et de subir ces événements sans aucune porte de sortie.

    Je sais que sa sœur la protège, et elle a un sacré boulot.
    Je sais aussi que je ne peux rien faire,et que je dois la laisser aller jusqu’au bout de son choix. C’est une recommandation qui m’a été faite plusieurs fois dans mes « rêves histoires » et de garder toujours la main tendue vers elle. Cela ne m’empêche pas de culpabiliser.

    Merci d’avoir évoqué ce problème, peut être le fait d’en parler chez toi j’aurai une « illumination ».

    Je te souhaite une bonne journée remplie de soleil, bises et encore merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Comment demander ?

Bonjour,  « Tu vois donc qu’il suffisait de demander pour avoir les infor…