Bonjour,
Je suis arrivée sur la plage mais elle était vraiment sale. Des algues la recouvraient,  elle semblait être à l’abandon,  j’ai voulu nettoyer et pendant que je le faisais un être est arrivé.  Philea était son nom.
Elle m’a emmené ailleurs,  nous nous sommes retrouvées assises au dessus d’une falaise, très haut dans le ciel,  je voyais la forêt en bas et les montagnes au loin. Elle m’a ensuite invité à marcher sur les airs , je l’ai suivi et sur ce chemin en tourbillon que prenions, elle m’a suggéré d’aller continuer l’exercice d’Ariel. 
J’étais donc à présent dans la clairière, un peu plus loin après une petite pente, j’ai vu cette grande maison près d’un pont. Je me suis avancée,  maintenant j’avais des chaussures et quand j’étais plus près j’ai vu l’inscription École sur le front supérieur.  Je me suis dirigée vers la porte et il y avait écrit: laissez ici votre chapeau et votre enfance. J’ai enlevé mon chapeau et je suis entrée. 
« Bienvenue petite fille à l’école »  m’a accueilli une femme
« Tiens tu auras besoin de ceci »
Elle me tendait un balaie de sorcière. 
Je voyais des personnes passer et pour la première fois je voyais les couleurs qu’elles dégageaient: il y avait des vert brillant,  bleu électrique, du rose, de l’orangé et aussi des mélanges, et aussi ce chat noir aux yeux vert qui dégageait un aussi beau vert. La femme qui me parlait m’a tendu une améthyste.
« Tiens c’est ta couleur « et c’est bien celle que je semblais dégager.
« Viens tu vas commencer par la bibliothèque » 
Quand nous sommes arrivées,  il y avait d’autres élèves qui y travaillaient.  J’ai repéré un livre dont le titre était Apprendre à être et dans le même secteur 3 vieilles dames sans yeux ni nez, l’une d’elle est venue me prendre par la main en disant
« avant d’y venir,  tu vas dans la pièce blanche et tu en sortiras quand tu te seras ouverte. Tu dois peindre ces murs de tes couleurs et je saurais si elles sont authentiques, chaque fois que tu reviendras à l’école. »
Elle est sortie et un être m’est apparu en disant tu peux commencer plus tard, rentre maintenant.
Plus tard donc…
Tu m’as demandé de peindre ma pièce blanche, d’y mettre mes couleurs, je ne savais pas trop comment le faire et puis il y a eu ces souvenirs réveillés par cette histoire de chaussures roses. Je revois cette paire rose fuchsia et je me souviens de mon besoin de plaire, d’être vue par lui, par les autres, d’être regardée comme une fille attirante, belle moins coincée. Tu vois cette couleur je la mettrais bien tout en longueur près de la porte, pas très large sur les deux côtés.
Il réveille ce jaune, toujours ce besoin de briller en tant que personne, je le mettrais en bordure du fuchsia, me vient également ce bleu électrique . Quand je me suis remise à faire un travail spirituel, je me rappelle ma confession, je me sentais si mal, je pensais que la Source m’en voulait, je voulais me racheter, le violet l’accompagne, je voulais faire pénitence. Je projette cette couleur sur le mur face à la porte d’entrée, j’assume mon passé, même cette passion qui m’a porté pendant si longtemps, elle je la vois rouge  avec des reflets roses pâles.
Il y a également ces phases de noirs qui ont plusieurs fois soulignées mes moments de silence et ces blancs qui ont marqués mes phases d’harmonies totales. Je vois aussi ce vert foncé avec des reflets clairs qui changent en fonction de l’angle de vue. Pour finir , je fais un tourbillon de ces couleurs et sur chaque mur, j’ai des zones d’ombres progressives qui comme un spectre de couleurs vont des plus foncés vers un blanc nacré. Je pars du noir au blanc en traversant toutes les palettes de couleur que j’ai projeté. Je trouve le résultat final plutôt intéressant
« Arrête de pavoiser « 
lol
« Tu as fait du chemin mais l’école n’est pas fini, tu continueras à te découvrir et si tu es sage tu liras le dernier chapitre du livre en avance. »
Lequel? celui que j’ai vu sur l’étagère?
« Celui là et un autre »
Celui de ma mort?
« Tu as peur de la mort? »
Euh…comment te dire sans que tu te moques?
« Pourquoi me moquerai-je? tu es ici pour faire un chemin, il a un début et une fin et les doutes et les peurs font partie de la vie tout dépend de la manière avec laquelle tu composes »
ça me fait quand même peur, surtout si j’ai l’impression de ne pas avoir fini un dossier, ça me fatigue de revenir pour des choses inachevée
« avance mais sans empressement, le pas léger, il n y a pas de chronomètre, ni un tableau avec les meilleurs temps, vis simplement chaque chose sans la mettre dans le cadre d’une épreuve à passer très vite, simplement, vis en toute simplicité »
mais le travail ou même la rigueur avec laquelle vous m’enseigner…
« on ne t’enseigne pas, du moins tu n’es pas assise sur un banc d’école, tu es plutôt dans un jardin entrain de redécouvrir ce que tu sais déjà, nous sommes juste là pour te souffler tout ça, sois qui tu es pas qui tu penses être, tu n’as pas d’enseignements à recevoir, tu as besoin de te souvenir pour transmettre, c’est dans cette école là que tu es, celle du souvenir. Souviens toi de qui tu es c’est la seule leçon que tu as besoin d’entendre.
Pour ce qui est de la mort, tu sais que ta peur n’a pas lieu d’être parce que tu sais pertinemment que ce n’est qu’un passage, pour une personne qui fait des sorties astrales , cette peur là n’a pas lieu d’être, elle n’est donc pas la tienne et ce n’est pas la peine de te l’approprier, ne fais pas semblant avec toi même, ne fais pas semblant de ne pas te connaitre. »
Oui tu as tout à fait raison, merci pour tes mots. Et pour ces couleurs alors, c’est quoi la suite?
« tu n’as donc rien compris de ce que j’ai dit? »
euhhh….
« Tu vas relire. »
ok
Belle journée

2 Commentaires

  1. jaoni

    15 août 2018 à 16 h 21 min

    Bonjour Lucie,
    Le temps de la compréhension arrive toujours ne te juge pas si sévèrement, si c’était aussi facile je crois que ça nous ennuierait clairement :) et tant qu’un message n’est pas passé il revient toujours jusqu’à ce qu’il soit entendu alors sois rassurée.
    Belle journée

    Répondre

  2. Lucie

    14 août 2018 à 11 h 38 min

    Bonjour,

    « tu n’as donc rien compris de ce que j’ai dit? »
    euhhh….
    « Tu vas relire. »

    Ces phrases me parlent, je ne relis pas mais je revis certaines situations lors de « rêves histoires ». Je dois être un peu bouchée ou je ne veux pas comprendre. Allez donc savoir!

    Merci pour ce nouveau partage qui me permet d’éclaircir mon horizon.

    Bises et bonne journée à toi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

La petite fille et la bourse

Bonjour,  « Tu veux que je te raconte une histoire petite fille ? » …