melancolie_d_une_sirene_by_marjie79-d8tbv05

Bonjour,

Je suis face à une forêt claire, la rivière me sépare d’elle, j’ai envie de plonger mais l’eau est froide au dessus mais bonne en dessous alors je me dis que je vais écoper. J’ai peur de ce qui peut se trouver en dessous je vois au loin des poissons longs se déplacer, le lit de cette rivière ne me plaît pas mais l’eau semble bonne.

Je suis encore entrain de savoir quoi faire quand je vois un dragon d’eau immense qui se déplace. Il est gris, la peau lisse, il ressemble davantage à un immense serpent si bien que si je ne voyais pas ses pattes pour moi ça en serait un. J’arrête de bouger et je me plaque contre le mur derrière moi, il ne faut pas que je bouge, je ne dois pas être vu. Le dragon arrête d’avancer, il a senti une présence mais il ne m’a pas encore repéré, je perçois ses ondes qui s’étalent sur l’eau jusqu’à moi et plus il acquiert la certitude d’avoir trouvé, plus la pression de ses ondes se plaquent sur moi.

Sa partie supérieure se transforme en une femme pas très gracieuse. Elle m’en veut mais n’est pas méchante avec moi. Tiens donc te voilà, me dit-elle la voix contrite, tu m’as abandonnée, elle est triste, je commence à comprendre ce qui se passe lorsque nous sommes entraînées dans une scène.

Nous sommes à table avec des personnes que j’essaie d’impressionner, je veux appartenir à leur bande et mon amie qui m’accompagne est une sirène dragon. Un sortilège fait qu’elle dissimule son véritable corps mais il commence à lâcher, nous sommes restée très longtemps elle doit faire son contact avec l’eau et relancer le sortilège pour ne pas être découverte. N’y tenant plus elle se lève de table, moi je suis un peu agacée, en allant vers la porte elle demande vite fait où est la salle de bain, je remarque que la peau de ses cuisses et de ses jambes changent d’autres personnes aussi qui s’en étonnent, je leur dis que ce n’est rien qu’elle a juste besoin de prendre son médicament.

Je suis un peu gênée et je ne l’accompagne pas. Le temps passe et elle n’est toujours pas de retour, le propriétaire de la villa va vers la salle de bain et tape sans succès, c’est un quarantenaire très beau, je crois qu’il me plaît mais je n’ai que la vingtaine je lui dis de laisser que je m’en occupe, ouvre c’est moi, lui dis-je. La porte s’ouvre immédiatement et j’entre, elle avait complètement changé d’apparence elle était sous la douche, ses cheveux étaient noirs, et son visage plus mutin. Nous avons pris un portail et nous avons ouvert sur une porte pas sympa.

Nous étions pourchassées, une personne que nous considérions être un ami est venu frapper à la porte, n’est pas resté, j’avais refermé celle ci et à travers elle, je le voyais triste et en larmes, j’ai crié à la sirène que c’est un piège il faut qu’on sorte. Mais à peine j’avais ouvert la porte qu’on nous tirait dessus. Un ninja est entré dans la pièce j’ai sorti une Grenade que j’ai tendu à la sirène, elle devait la dégoupiller et la balancer mais après l’avoir dégoupillé elle l’a gardé en main je l’ai récupéré et lancé maladroitement elle n’est pas allée où on voulait. L’explosion d’aspiration a eu lieu, les zones touchées ont été complètement désintégré. Nous étions au milieu de ça décontenancé, je m’en voulais pour les familles qui venaient d’être détruites.

Belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Le passé qui revient

Bonjour,  « Est-ce que tu comprends pourquoi il faut accepter le temps de la sé…