77bfe37823f4e6b6695b9fd61693786f

Bonjour,

Un matin au réveil j’étais bien,  mes rêves ne me sont pas revenus et cette fois je ne m’en suis même plus offusquée. De toutes les façons ce que je voulais avec les rêves c’était de m’en souvenir au réveil pour ensuite évoluer vers des rêves lucides mais comme me l’a fait remarquer Elemiah à part ma curiosité pour le monde onirique je n’ai pas de but réel,  en tout cas je n’en ai pas formulé donc j’allais me contenter de me souvenir de ce qui est important pour le moment et le tirage de cartes m’en a fait la révélation. Il s’agissait de fructifier mes acquis,  les problèmes présentés au cours de me songes me permettent d’y trouver des solutions,  les informations sont téléchargées dans mon subconscient et quand j’en ai besoin, elles remontent. Je ne ferais pas plus que ça tant que je ne chercherai pas plus . Le thème de la méditation était donc clair.  J’ai demandé à Elemiah de me guider.

« Ferme les yeux,  respire, et sans ton corps se détendre, n’écoute que ma voix. Visualise maintenant du jaune, des objets jaunes »

j’ai visualisé le soleil,  ma tasse jaune, tee shirt,  la couleur jaune même… 

« Maintenant visualise du blanc. »

Pendant que j’étais entrain de le faire je l’ai vu arriver devant moi. Il était vêtu de blanc avec une écharpe jaune.

« Que vois tu ma petite ? »

Une pelouse nickel avec des arbres ici et là, le ciel est bleu mais des cumulus de nuages,  rien d’alarmant,  l’air était frais mais la lumière du soleil donnait une belle température.  Nous nous sommes assis par terre 

dit moi Elemiah, comment fructifier mes connaissances ? Je sais que tu vas me répondre le travail mais plus concrètement,  comment je fais ?

Il m’a montré le creux de sa main,  il y’avait un cube en papier.

« Est ce que tu peux faire ça ? »

Oui bien sûr,  je le faisais en primaire.

J’ai eu une feuille de papier une règle un crayon et une paire de ciseaux.  Je me suis mise à mon atelier mais je partais un peu,  les images de claire et sa réaction montant à l’esprit,  Elemiah me faisait revenir.

Après m’avoir dit que je devais faire in cube et non un pavé,  je repris une autre feuille et réalisé mon chef d’oeuvre.

« Bien tu as bien reproduit mais est-ce que tu peux faire ça ? »

Son cube s’est solidifié au moment où il a dit PHISIKAL ITCHI. Non clairement je ne pouvais pas faire ça.

« Tu as accumulé les connaissances mais sans les fructifier, ce savoir tu l’as depuis le primaire,  mais tu n’y as rien rajouté. Il en est de même pour tout le reste,  ne te contente pas juste de reproduire,  va au delà,  tout ce que tu découvres,  fais en quelque-chose de plus. Si tu voyais au delà tu aurais vu que tu pouvais plus avec ce que tu as appris. Vas y essaye. »

J’ai dit la phrase mais mon cube s’est ratatiné,  on en a ri et il m’en a tendu un autre 

« tu y as mis trop de force,  reste calme et légère. « 

J’ai réessayé et le résultat était plus satisfaisant.

« Tu ne vas pas te mettre à physicaliser tout mais tu sais maintenant que tu peux faire évoluer un résultat,  Michael va revenir avec toi. »

Merci Elemiah,  mais ce n’est pas que je n’aime pas rester avec toi,  je sais que tu voulais que j’apprenne le silence, et cette semaine j’en ai eu besoin.
Il m’a pris dans ses bras et m’a dit de revenir à moi.

Belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Prendre les devants

Bonjour, « Tu t’inquiètes pour Axel? » me demande Mumiah Oui u…